L’ARC, pour qui?

Au départ, une situation de souffrance

Les enfants accueillis à L’ARC ont tous connu – ou connaissent encore – une situation de souffrance.

Pour définir la population à laquelle s’adresse notre école, nous nous sommes fortement inspirés de théories concernant la dysharmonie cognitive.

Celle-ci se définit, entre autres, par l’absence d’homogénéité des procédures de raisonnement utilisées: dans certains secteurs, le sujet est capable de stratégies de pensée élaborée, alors que, dans d’autres, il utilise des modalités de raisonnement archaïques.

En d’autres termes, les enfants souffrant de dysharmonie cognitive sont des sujets pour lesquels l’organisation du raisonnement n’est pas homogène. Ces enfants ont un potentiel intellectuel en lien avec la norme, en rapport avec la moyenne. Les causes de la difficulté ou de l’échec scolaire peuvent relever de divers facteurs. Cependant, ils résultent très souvent de l’histoire de vie de l’enfant.

Les décalages scolaires sont apparus dès les premières années d’école. Les enfants ont été promus dans les degrés suivants, non pas en raison de leurs acquisitions effectives, mais de leur âge. Les lacunes se sont accumulées au fil des ans, rendant de plus en plus difficile son intégration dans la classe.

L’enfant s’inscrit alors dans un cercle vicieux: rapidement stigmatisé et confiné dans un rôle (le bouc émissaire, l’amuseur public, l’esseulé…), il l’accepte tacitement, le vit douloureusement ou développe des comportements d’opposition mal perçus par les autres élèves; l’enfant est encore plus marginalisé.

Un des moyens de briser ce cercle est de sortir l’élève de cette classe et de le placer dans un nouveau groupe. Un adulte conscient des difficultés précédemment rencontrées peut éviter la cristallisation du schéma connu. Il est aidé dans cette démarche par le groupe classe qui, rendu conscient des difficultés, peut fonctionner sans alimenter un jeu relationnel douloureux.

L’ARC accueille des enfants qui présentent un décalage entre leur potentiel intellectuel et leur efficience et qui, malgré leur intelligence, connaissent un cursus scolaire chaotique, difficile et douloureux.

Ils ont besoin avant tout d’être (re)valorisés et de (re)trouver leur confiance en soi.