Première visite à GiocaSolida le 30 avril 2015 : on découvre comment fonctionne cet atelier

En quelques chiffres : 49’524 soit près de 50’000 jouets en 10 ans; environ 6’000 jouets distribués par an. Provenance des jouets : 47% Chine. Matière la plus utilisée : plastique 60%, puis textile et cellulose. Type de jouets : psychomotricité 50%, puis affectif, expression/communication puis cognitif. Catégories : peluches, figurines, véhicules, divertissement.

L’atelier réparation des poupées : Une fois réparées, les voici prêtes à être envoyées !

Deuxième visite à GiocaSolida

Nous avons ramené 17 containers de différents poids à en tout, 99 kilos de jouets récoltés par notre école !

Questions et réponses

1. Quel est le but de cette association ? (Aude)
Le but de cette association c’est d’abord de fournir des places de travail à des personnes qui sont au chômage, de recycler des jouets et de pouvoir les redistribuer pour les enfants qui en ont besoin, soit à Genève soit en Suisse ou à l’étranger.

2. Qui sont les personnes qui travaillent dans cette association ? (Loris)
C’est des personnes qui sont ici par des services cantonaux, qui ne travaillent pas (ça veut dire qu’ils sont au chômage). C’est un métier nouveau parce qu’il n’y a pas beaucoup de gens qui savent réparer des jouets ! Avant les personnes qui travaillent faisaient autre chose.

3. Faut faire des études ?
Non c’est quelque chose qu’on apprend sur le terrain. Ce sont des ingénieurs.

4. C’est compliqué d’amener des jouets ?
Oui un peu parce qu’il faut passer la douane, etc. ; il faut faire en sorte que les jouets arrivent bien au enfants.

5. A quels enfants sont destinés tous ces jouets ? (Aidan)
Principalement à Genève, des gens qui sont dans des situations problématiques et financières, qui n’ont pas assez d’argent, et à l’étranger c’est des cas plus énormes. Il y a 3 catégories d’enfants : des enfants qui sont hospitalisés (donc ils sont dans des hôpitaux) c’est-à-dire qu’ils ont des maladie très graves, ils ne peuvent plus aller à l’école. Il faut bien les occuper, donc les jouets leur servent à parler et à communiquer. La deuxième partie qu’on distribue c’est à des personnes handicapées : les jouets leur servent à écouter, à voir les couleurs, etc. La troisième catégorie qu’on aide ce sont des enfants qui sont dans des écoles où ils ont des guerres ou des catastrophes naturelles. Il n’y a pas longtemps, il y a eu un séisme au Népal. Donc ils ont tout abandonné, ils sont perdus. Les enfants sont traumatisés ; de jouer ça aide ! C’est comme jouer avec son frère ou sa sœur.

6. De quelle origine sont les enfants ? (Valmont)
Le pays où je suis allé le plus loin c’est au Cambodge. On a un contact régulier avec des personnes en Algérie.

7. Y a-t-il beaucoup de jouets qui doivent être réparés avant d’être redonnés aux enfants ? (Ethan)
Il n’y a pas tellement de réparation, c’est une question de préparation. Les poupées, il faut les coiffer, il faut rendre les jouets en bon état. Il n’y a pas longtemps, on a reçu des livres alors on prend pas tous les livres (les magazines, revues, etc. on ne prend pas). Et dans les douanes, ils n’acceptent pas tout. On peut pas tout faire passer.

8. Combien de jouets sont réparés en une année ? (Arno)
Ce n’est pas une question de combien de jouets sont réparés, c’est une question de combien de jouets sont distribués. On les compte uniquement et là c’était 6000 à 8000. C’est la capacité qu’on a parce qu’on travaille et qu’on est une équipe.

9. Quels jouets recevez-vous le plus souvent ? (Marcos)
En première position on reçoit plus les peluches et en deuxième position on reçoit des jeux et après des livres, etc. Aux enfants, ça leur sert de moyen de communication, après ça dépend les âges.
Mais les jouets vidéo vous en distribuez ?
Non ce n’est pas des jeux et ca revient cher ! Il faut des piles… tout un matériel !

10. Est-ce que vous recevez aussi des jeux électroniques ? (Sophie)
Oui, on aime les jeux électroniques mais ca revient cher ! Et c’est tout un matériel ! Des pilles et il faut aussi une prise… on préfère leur donner des jouets que des jeux électroniques, comme on disait déjà dans l’autre question.

11. Comment décidez-vous à qui vous allez donner ces jouets ? (Deborah)
On a déjà reçu 4 tonnes de jouets ! On voit avec qui on est en contact et on doit voir où ils vont.